TPS : Des organisations haïtiennes écrivent une lettre à Donald Trump

Le dossier des haïtiens bénéficiant du programme de Protection Temporaire (TPS) aux Etats-Unis n’est pas encore clos. Ils sont plus de 58 mille vivant sous la menace de la déportation, une fois leur statut arrive à expiration le 22 janvier 2018.

À l’approche de cette date fatidique, une dizaine d’organisations de la société civile haïtienne dont le GARR et le RNDDH lance une pétition pour porter les autorités américaines à renouveler pour au moins 18 mois le TPS.

La pétition est accompagnée d’une correspondance adressée au président des Etats-Unis, Donald Trump. Les organisations expliquent qu’ « en raison de la difficile situation qui prévaut en Haïti, le pays ne sera pas encore en mesure d’accueillir les milliers de personnes qui seraient forcées de quitter les Etats-Unis si le TPS n’est pas renouvelé en janvier 2018. » Pour cause, elles évoquent un ensemble de catastrophes qui ont frappé le pays ces dix dernières années notamment le séisme de 2010 et l’ouragan Matthew en 2016 dont les impacts sur son économie, sa population et son environnement sont « grands ».

« Au vu de ce panorama alarmant, Haïti n’est définitivement pas encore prête à accueillir 58 000 personnes sur son territoire. Le non renouvellement du TPS risquerait de déchirer de nombreuses familles alors que de centaines d’enfants de bénéficiaires du TPS sont nés aux États-Unis. De plus, la contribution financière de la diaspora haïtienne vivant aux États-Unis est essentielle pour nombre de familles haïtiennes restées au pays. Le non renouvellement du TPS constituerait donc un drame humain pour Haïti et sa population. », écrivent-elles.

En campagne lors de la présidentielle, Donald Trump, en visite à Little Haiti a promis aux haïtiens qu’il sera leur « champion ». Les pétionnaires insistent sur cet épisode pour tenter de toucher la sensibilité du milliardaire américain. « Nous vous demandons de respecter vos promesses et de de renouveler le TPS pour au moins 18 mois supplémentaires pour les haïtiennes et les haïtiens qui bénéficient déjà de ce programme. »

La pétition est en encore en attente d’un nombre suffisant de signatures avant d’être acheminée aux autorités américaines. Le texte est disponible en version électronique ici et à l’adresse physique des organisations impliquées dans la démarche:

  • GARR, 69 rue Christ-Roi, Port-au-Prince,
  • Fondation Zile: 8 rue Butte, zone de Bourdon, Port-au-Prince,
  • CRESFED: Delmas 95 # 2, Angle Jacquet et Rue Bailly, Pétion-Ville, Port-au-Prince,
  • RFJS: 6 Route de Malpasse, Digué, entrée bel kay,
  • JILAP: 56 Rue Piquant, Angle Rue Lamarre, Port-au-Prince,
  • Haïti,SJM-Haïti: 18, Boulevard 15 octobre, Cazeau, Tabarre, Haïti,
  • Défenseurs Plus: 7 Rue rivère, Port-au-Prince,  RNDDH: 9, Rue Rivère, Port-au-Prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *