En photos, la manifestation de ce 30 sept vigoureusement dispersée

La loi de finances 2017-2018 qui rentre en vigueur demain 1er octobre reste en travers de la gorge d’une partie de la population et de l’opposition. Remontés et peu enclins à céder malgré les légers signes de fléchissement du président Jovenel Moise récemment, des dizaines de protestataires ont manifesté aujourd’hui dans les rues de Port-au-Prince.

Manifestation de ce 30 sept vigoureusement dispersée

Loin de constituer un blog monolithique, la protestation s’est divisée en plusieurs artères, compliquant encore plus la tâche des forces de l’ordre. Des personnages politiques comme le sénateur Antonio Cheramy, Assad Volcy ou l’ancien candidat à la présidence Moise Jean Charles ont accompagné la marche. Mais aussi des responsables de syndicats comme Josué Merilien.

Des militants qui chantent : « Jovenel doit partir » dénoncent une certaine violence des policiers qui auraient tiré sur des manifestants, généralement, au niveau des membres inferieures. La PNH a effectué plusieurs arrestations, vigoureusement lancé des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants dont certains se sont attaqués à des magasins, lancés des pierres, enflammés des pneus et cassés des vitres de voitures.

Un des militants dont nous n’avons pas pu identifier dénonce des partisans « Tèt Kale » qui auraient infiltré leur mouvement, causant la pagaille, pour mieux les décrédibiliser.

Plusieurs medias dont Kiskeya et Métropole ont été attaqués aujourd’hui. « Nos véhicules ont été la cible de casseurs » s’est plaint Kiskeya sur Twitter.

Les équipes de Kiskeya et de Métropole ont été inquiétées lors des manifestations d’aujourd’hui. Nos véhicules ont été la cible de casseurs.

Il s’agit de la seconde mobilisation en une semaine contre le budget et pour réclamer le départ de Jovenel Moise. Elle a pris fin dans la confusion et le chaos.

Hier jeudi, la plateforme Pitit Dessalines prenait d’assaut la ville du Cap-Haitien. Si la grande foule ne suivait guère la bande à Moise Jean Charles au début de la manif, arrivé au cœur de la ville du Cap, les manifestants et sympathisants de l’ancien sénateur ont déferlé.

Toujours acter leur opposition à la loi de finances, des syndicats de transport en commun projettent de faire grève les lundi 2 et mardi 3 octobre prochain. L’on se demande si cette grève sera maintenue après l’annonce par l’exécutif de la suspension des nouveaux tarifs pour les contraventions et les redevances pour l’obtention de la carte d’identification fiscale votées par le Parlement et prévues dans le budget par mémorandum du ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon.

Selon ce document dont la « régularité » demeure contestée par les juristes, des rencontres entre le ministère de l’Economie et des Finances et la Commission transport ont été réalisées.

Il a donc été convenu qu’en référence à l’article 11 du décret du 29 septembre 2005 modifiant celui du 28 septembre 1987 relatif à la carte d’identification fiscale, les chauffeurs de transport en commun régulièrement identifiés par des syndicats légalement reconnus et identifiés sont assimilés à des employés journaliers. Ainsi, ils s’acquitteront annuellement d’une redevance de 250 gourdes pour la carte d’immatriculation fiscale.

L’application de la mesure relative à l’article 279 du décret du 4 avril 1979 sur l’immatriculation et la circulation des véhicules, complété par celui du 1 juin 2005 relatif au tarif des contraventions est provisoirement suspendue. Ces mesures entrent en application à partir du 1 er octobre 2017 », lit-on dans ce mémorandum.

Sur Twitter, on apprend  que « les deux jours de grèves lancés par les syndicats de transports sont toujours maintenus ». L’information provient d’un compte qui se présente comme le canal officiel du secteur transport Terrestre Haïtien (STTH) qui regroupe 13 fédérations, 32 associations et plus de 730000 membres. Le message est signé par Méhu Changeux, coordonnateur du STTH.

Les deux jours de greves lancés par les syndicats de transport sont toujours maintenus pour lundi 2 & mardi 3 octobre 2017 (M.Mehu Changeux)

Jusqu’à 5h20 aujourd’hui, LoopHaiti a, sans succès, tenté de rentrer en contact avec des chefs de syndicats.

Ci dessous, nos discussions exclusives enregistrées vendredi avec les leaders de syndicats, Duclo Benissoit et Changeux Méhu,

source: www.loophaiti.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *